La musique classique

Bienvenue à musique-gratuite.com !

Notre site propose l'actualité de la musique classique, de bonnes adresses pour acheter des livres ou des instruments et d'autres ressources utiles.

La naissance de la musique classique

La musique classique, issue de la Renaissance italienne, donnent une place de plus en plus importante à l’orgue et au chant dans les offices religieux (Réforme et Contre-réforme). A la fin du 16ème s. apparaît l’opéra ("Orfeo" de Monteverdi en 1607, Rameau et Lully en France, Purcell en Angleterre. Le concert se modifie par l’invention du violon et du clavecin. A. CORELLI est le créateur des sonates et A. VIVALDI domine le concerto (oeuvre d’une certaine ampleur pour instruments et voix). BACH est le maîtres de la cantate (pièce chantée) ainsi que les musiciens en général maîtres de chapelles  : BUXTEHUDE, SCHÜTZ, ROSSI, CAVALLI, SCARLATTI et MONTEVERDI.

F. COUPERIN écrit dans un nouveau style de clavecin (abandonnant le luth), point de départ de la musique de piano moderne, JP RAMEAU, au départ théoricien se lance dans les opéras, ainsi que l’allemand GLUCK qui en fait un vrai théatre musical, point de départ de l’opéra du 19ème s. L’Italie s’attache à se diversifier de l’opéra traditionnel avec GB PERCOLESE qui crée l’opéra-bouffe et VIVALDI qui fixe les cadres du concerto. L’Allemagne gagne au dépens de l’Italie de l’influence sur la musique en Europe avec JS BACH, maître de chapelle à Weimar, spécialiste des oeuvres religieuses mais aussi des instrumentaux qui arrive à donner à l’orchestre une force d’expression sans précédent. Vienne devient le centre de la culture musicale européenne avec J. HAYDN qui définit les règles de la symphonie et du quatuor, et W.A. MOZART (mort à 35 ans) dont l’oeuvre extrêmement variée ne fut appréciée à sa juste valeur qu’au 20ème siècle.

Quelques grands noms en Europe

L.V. BEETHOVEN éclipse par sa maîtrise de la composition instrumentale et son romantisme lyrique tous ses contemporains. E.MEHUL domine l’art musical en France pour ses opéras comiques.

La musique romantique allemande poursuit dans la tradition du classicisme viennois (mais moins rigoureux). F.SCHUBERT crée 600 lieder, R.SCHUMANN s’intéresse aussi à un modèle révolutionnaire d’oeuvres pour piano et aide MENDELHSSOHN à la publication de l’oeuvre intégrale de BACH. L’opéra romantique est illustré par C.M. VON WEBER. La tradition française inspirée de l’opéra comique italien et grâcieuse se poursuit avec BOIELDIEU, tandis CHOPIN décrit l’âme tourmentée (Sa Pologne est écartelée entre Autriche, Prusse et Russie). H. BERLIOZ, dont la démesure ne fut pas toujours appréciée, crée la symphonie moderne. En Italie, G. ROSSINI connaît un succès réel auprès du public parisien pendant la Restauration (1815-1830).

Après la mort de Wagner qui avait monopolisé le courant musical (art du drame musical complet), le renouveau arrive avec DEBUSSY, amateur de symbolisme poétique et d’impressionnisme, M. RAVEL, inspiré par les sonates de Scarlatti (18ème) et par Stravinski, élève de G. Fauré et surtout SCHÖNBERG (et ses élèves A. BERG et A. WEBERN) qui créent un nouveau système à 12 tons, synonyme pour beaucoup de cacophonie. Le russe I. STRAVINSKY est dans une mesure moindre amateur de l’irrégularité du rythme.

 

 


 

Autres thèmes

2009-2016 - musique-gratuite.com - All Rights Reserved